Pourquoi La Maison de la Vache Qui Rit « rit »

Exposition Artist Toy Makers à la MAison de la Vache Qui Rit

Une exposition évoque les liens étroits entre création artistique, artistes et jouets en bois… Meuh !

Ce vendredi 12 octobre 2012, était inaugurée à la Maison de la Vache qui Rit l’exposition « Artist Toy Makers ». Le fait déclencheur de la manifestation est un clin d’oeil à l’illustrateur pour enfants Benjamin Rabier qui illustra la première boîte de l’illustre fromage à portions en 1921, mais l’exposition déborde largement sur une évocation large du l’univers du « jouet d’artiste », avec objets (des jouets, donc), dessins, affiches et peintures.

Car les liens sont plus nombreux qu’on le croit généralement entre illustrateurs pour enfants, artistes et « jouets », surtout « jouets en bois » d’ailleurs. Il y eut notamment, en père fondateur de cette exposition, l’illustrateur et inventeur pour enfants André Hellé, dont l’Arche de Noé et ses 24 animaux en bois date de 1911. Ses contemporains étaient bien sûr Benjamin Rabier, qui tirait le dessin de ses animaux en bois directement de ses albums pour enfants, et Emmanuel Poiré plus connu sous le nom de Caran d’Ache, qui se lança lui dans la production d’animaux en bois, notamment de chiens, dès 1903. Plus tardivement, après la première guerre, Marius Rossillon, dit O’Galop, dessina le Bibendum Michelin mais aussi quelques animaux articulés aux formes sympathiques. Il y eut l’affichiste Raymond Savignac dont le génial Père Noël ne fut jamais produit mais existe dans cette exposition sous forme de prototype.

A partir de 1990, c’est surtout l’entreprise Vilac qui reprend ce flambeau, en faisant éditer certains jouets d’Alexandre Calder, artiste ludique par excellence, mais aussi Hervé Di Rosa, Keith Haring ou Yoshitomo Nara.

L’exposition nous plonge finalement dans le fil d’Ariane de l’histoire du jouet d’artiste, qui commence par être un jouet d’illustrateur pour enfant, l’ancêtre du jouet « à licence », puis un jouet fait par un artiste pour amuser des enfants (Garcia Torres, Calder), puis la réflexion d’un artiste en vue d’une production pour un fabricant de jouet (Di Rosa, Haring, Nara). Finalement on s’amuse, car la fonction dévolue à l’artiste dans notre société est de libérer la parole, et on attend de lui et de sa liberté un regard sur le jouet et le fait de jouer. On retiendra ce yoyo « à la manière » d’Andy Warhol » signé du signe « $ » et ce « bébé à bascule » signé Keith Haring, ou encore cette poupée « artoys », merveilleuse, signée Jean-Charles de Castelbajac.

Une exposition à voir d’urgence avec, bien entendu, ses yeux d’enfants.

La Maison de la Vache qui Rit est à Lons le Saunier (Jura, 39)

La Maison de la Vache qui Rit est à Lons le Saunier (Jura, 39)

Exposition du 13 octobre 2012 au 23 juin 2013.

Maison de la Vache qui Rit –  25 rue Richebourg – 39000 Lons le Saunier

Le site de la Maison de la Vache qui Rit

Le blog des amis d’André Hellé

L’exposition André Hellé au Musée du Jouet de Poissy

Publicités

Le Musée du Jouet de Moirans fait peau neuve

Le musée du Jouet de Moirans le 7 septembre 2012

Le musée du Jouet connait une deuxième vie sous les yeux de sa nouvelle mascotte : Nours

Il aura fallu douze ans -dont bien évidemment sept de réflexion-, et un investissement total de 7,5 millions d’Euros (plus quelques réunions, plans, acquisitions, travaux et aménagements divers) pour que le « nouveau » musée du Jouet de Moirans-en-Montagne voie le jour.

Et le résultat est à la hauteur de ce qu’on pouvait espérer d’une telle mobilisation de moyens. Un espace d’exposition de 3400 m2, superbe, une scénographie astucieuse et intéressante, une démarche qui prend en compte l’enfant visiteur (oui c’est dur dur tout ces jouets auxquels il ne faut pas toucher…!), et quelques 3000 objets exposés. En englobant dans ce redéploiement l’acquisition de la collection du Canet-en-Roussillon en 2003, le musée du Jouet de Moirans devient, par la qualité de son fonds, l’un des plus beaux d’Europe.

Si l’on devait donner une seule bonne raison pour aller visiter ce musée, on se souviendrait sans doute de la façon dont Héraclite formulait les choses -enfin c’est ce qu’on rapporte- : « le temps est un enfant qui joue ». Car comment expliquer ce temps de l’enfance, qui hier nous apparaissait infini, et qui aujourd’hui ne nous semble pas avoir duré plus qu’une pichenette ? Le temps de la visite de ce musée-là nous rejoue le tour à sa façon, nous replonge dans notre enfance et -tour de magie- dans l’enfance de l’humanité toute entière, au travers des âges, en partant de la petite poupée trouvée en Egypte ancienne et du petit chariot sumérien en terre…

Pour le massif du Jura, et pour sa population, l’évidence est plus marquée qu’ailleurs car  le « Jura » est depuis longtemps Terre de Jouets. L’histoire est bien connue : depuis le Moyen-Age et l’activité monacale dans la région de Saint-Claude, les premiers tourneurs sur bois s’installèrent pour profiter de la manne des pèlerins, tournant dans le buis qui un chapelet, qui un sifflet et quantités d’autres petits jouets en bois. Le massif du Jura a depuis lors développé ce savoir-faire ancestral -sans s’interdire d’ailleurs de passer au plastique- jusqu’à représenter, un temps, la moitié de la production française de Jouets.

Alors voir un Musée du Jouet à Moirans-en-Montagne, c’est bien poser une pierre identitaire, une balise, un point de ralliement. C’est une sorte d’évidence et Jean Burdeyron -maire de Moirans-en-Montagne depuis près de 30 ans- a raison de penser que cette aventure « devait nous arriver » (puisque c’est le Jura). Il était difficile, en effet, d’imaginer un plus beau projet…

Le musée du Jouet de Moirans est labellisé « Musée de France« .

Moirans-en-Montagne dans le Jura (39)

Moirans-en-Montagne, Jura (39)

Musée du Jouet – 5 rue du Murgin – 39260 Moirans-en-Montagne

Le site du Musée du Jouet : Musée du Jouet de Moirans-en-Montagne ; un très bon article de Anne-Marie Kaiser pour le journal La Croix : article La Croix (15.02.2013) ;