Piranha Express : un piranha peut en cacher un autre…

Little Biscotto publie un jeu en bois (nouveau et intéressant), où les tout petits apprennent à conduire et manipuler des trains de poissons !

jeu en bois fabriqué dans le Jura

Piranha Express est un jeu de manipulation en bois fabriqué dans le Jura

Il n’est pas très facile d’expliquer pourquoi les tout petits enfants, à partir de 18 mois, adorent les poissons de Piranha Express, jusqu’à jouer pendant des heures à conduire et manipuler des trains constitués de… poissons. Une des explications est que la coordination oeil – main que le jeu demande est au coeur des apprentissages de l’âge concerné, entre 18 mois et 5 ans. Le champ expérimenté est clairement la motricité et son entraînement, jusqu’à assimilation totale du geste du jeu. Dans cette optique un peu mécaniste, les poissons qui se mordent la queue proposent une question – comment lier deux poissons l’un à l’autre ? – qui ne peut se résoudre sans un processus de réflexion un tant soit peu élaboré : pour accrocher son suivant, un poisson doit être amené d’en haut, et l’enchaînement est rendu possible par le recours au geste fait dans la troisième dimension. C’est lui qui rend solide l’attachement solide en deux dimensions, et rend possible par la suite la conduite du train. C’est cette trouvaille de passer par la troisième dimension -trouvaille du puzzle- que l’enfant re-essaye sans cesse parce qu’à chaque fois il réussit. Dans une optique plus hédoniste, il y a donc un taux de satisfaction très fort dans ce jeu de manipulation, où à chaque fois que l’enfant tente il réussit. Il y a ensuite le jeu du train qui permet d’autres expérimentations. Puis il y a la déconstruction de la chaîne constituée, quand l’enfant approche son train du bord de la table et qu’un par un les poissons-wagons tombent : détachement et nouvelle recherche de la troisième dimension.

Ce jeu en bois a été découvert un peu par hasard, par le détournement du matériel de Piranha Circus pour un jeu en apparence plus simple (constituer et conduire des trains de poissons et uniquement cela) mais peut être encore plus riche d’apprentissage que ne peut l’être le jeu d’équilibre initial. Toutes les expérimentations menées dans les écoles maternelles pilotes du projet ont ensuite permis de montrer que les poissons constituaient un matériel que les enfants aimaient s’approprier, et qui pouvaient donner lieu à de multiples développements pédagogiques, vus cette fois du côté de l’enseignant.

Piranha Express, le pack

Piranha Express, un jeu créé et développé par Little Biscotto

Piranha Express est un jeu du Jura : conçu et fabriqué dans le Jura. Il est disponible pour les particuliers et les Collectivités sur le site de l’éditeur de jouets en bois du Jura Little Biscotto (on y court !). La forme des piranhas a été dessinée par : Lucane Design.

Publicités

L’Art de tourner rond de la Tournerie Cornu

A quelques centaines de mètres du département du Jura, dans l’Ain, une tournerie a su adapter ses méthodes de production pour proposer des jouets en bois de qualité à des prix plus qu’abordables…

La Tournerie Cornu cherche à faire vivre la tradition des jouets issus de la tournerie

La tournerie Cornu – ici Murielle Cornu- cherche à faire vivre la tradition du jouet en bois issu de la tournerie traditionnelle…

A la pointe sud du Revermont, dans les contreforts de la vallée de l’Ain, se trouve la petite commune de Corveissiat et le lieu-dit Lavillat. C’est là le berceau historique d’une tournerie créée par la famille Cornu en 1946 : une petite activité qui vécut longtemps du tournage des pièces d’échecs, en sous-traitance pour une grosse société locale. A l’époque un seul modèle -les pièces Staunton taille nr.3- suffisait à assurer seul la pérennité de l’entreprise.

Vint ensuite la reprise de la tournerie par le fils, Marcel Cornu, qui continua dans la voie de la sous-traitance de pièces d’échecs, puis de jouets en bois, en ajoutant une diversification dans le domaine des boutons en bois : toujours des pièces relativement simples qu’on pouvait réaliser avec quelques machines relativement simples.

Depuis 2005, c’est David Cornu, petit-fils du fondateur, qui tient les rênes de l’entreprise. Et qui a envisagé dès le début des façons plus modernes de produire. Ainsi un tour à carrelets permet de transformer des gros carrelets de bois en petites pièces plates ou hémisphériques : jetons de jeu de dames, perles en bois, et autres têtes de champignon. Une autre machine -un tour à bâtons- permet quant à elle de créer des sphères, quilles et autres objets ronds. Ces investissements, lourds à assumer pour ce qui est resté une petite entreprise, ont permis une diversification vers plus de produits, plus intéressants, et une certaine qualité de finition. Enfin -nerf de la guerre- l’automatisation a autorisé des prix de revient bien plus compétitifs que le traditionnel « fait main ». Car ces pièces de bois -aussi locales et labellisées PEFC soient-elles- se retrouvent de fait sur le marché extrêmement disputé (et largement en proie aux produits d’importation) du jouet en bois.

Le secret de cette tournerie tient autant dans son adaptation à des process plus modernes de production qu’à ses produits et à la manière dont est envisagée leur commercialisation. La présentation est originale, avec des étiquettes gravées dans d’épaisses rondelles de bois, des liens en raffia et des sacs en toile de jute qui rappellent le côté intemporel du bois. Et c’est une marque, « la boutique d’Eglantine », qui vient signer des produits qui savent se démarquer de la concurrence, sans pour autant être beaucoup plus chers.

Sacs en toile de jute de la Tournerie Cornu

Des présentations originales pour des sets de jeux de construction et de perles en bois

Ensuite, une partie de la commercialisation se fait dans la boutique attenante à la fabrication, et les consommateurs avertis viennent parfois de très loin pour acheter des jouets en bois en direct de l’atelier.

Malgré un succès croissant qui témoigne de l’intérêt grandissant pour la démarche et ce qu’elle a d’authentique, David et sa femme Murielle sont bien conscients que le combat est loin d’être gagné. A mesure que la crise se prononce, les porte-monnaies se rétrécissent et la concurrence -asiatique le plus souvent- se fait de plus en plus mordante. Mais ces deux-là ont des produits et des projets plein la tête, et qui sait si ce n’est pas eux qui ont raison, en fin de compte. Produire ici des jouets avec du bois d’ici : dans ce monde qui marche sur la tête, c’est quasiment révolutionnaire, et assurément leur avenir  !

Tournerie Cornu - Corveissiat (01250)

La Tournerie Cornu est à Corveissiat dans l’Ain : avec Lola la tortue chic, on y court !

Tournerie Cornu – lieu-dit Lavillat – 01250 Corveissiat / vente en ligne du jeu de construction « Maison des châtons » / vente en ligne du jeu de construction « Maison des hérissons / vente en ligne d’un set de blocs de construction en bois / vente en ligne d’un set de perles en bois

Pourquoi La Maison de la Vache Qui Rit « rit »

Exposition Artist Toy Makers à la MAison de la Vache Qui Rit

Une exposition évoque les liens étroits entre création artistique, artistes et jouets en bois… Meuh !

Ce vendredi 12 octobre 2012, était inaugurée à la Maison de la Vache qui Rit l’exposition « Artist Toy Makers ». Le fait déclencheur de la manifestation est un clin d’oeil à l’illustrateur pour enfants Benjamin Rabier qui illustra la première boîte de l’illustre fromage à portions en 1921, mais l’exposition déborde largement sur une évocation large du l’univers du « jouet d’artiste », avec objets (des jouets, donc), dessins, affiches et peintures.

Car les liens sont plus nombreux qu’on le croit généralement entre illustrateurs pour enfants, artistes et « jouets », surtout « jouets en bois » d’ailleurs. Il y eut notamment, en père fondateur de cette exposition, l’illustrateur et inventeur pour enfants André Hellé, dont l’Arche de Noé et ses 24 animaux en bois date de 1911. Ses contemporains étaient bien sûr Benjamin Rabier, qui tirait le dessin de ses animaux en bois directement de ses albums pour enfants, et Emmanuel Poiré plus connu sous le nom de Caran d’Ache, qui se lança lui dans la production d’animaux en bois, notamment de chiens, dès 1903. Plus tardivement, après la première guerre, Marius Rossillon, dit O’Galop, dessina le Bibendum Michelin mais aussi quelques animaux articulés aux formes sympathiques. Il y eut l’affichiste Raymond Savignac dont le génial Père Noël ne fut jamais produit mais existe dans cette exposition sous forme de prototype.

A partir de 1990, c’est surtout l’entreprise Vilac qui reprend ce flambeau, en faisant éditer certains jouets d’Alexandre Calder, artiste ludique par excellence, mais aussi Hervé Di Rosa, Keith Haring ou Yoshitomo Nara.

L’exposition nous plonge finalement dans le fil d’Ariane de l’histoire du jouet d’artiste, qui commence par être un jouet d’illustrateur pour enfant, l’ancêtre du jouet « à licence », puis un jouet fait par un artiste pour amuser des enfants (Garcia Torres, Calder), puis la réflexion d’un artiste en vue d’une production pour un fabricant de jouet (Di Rosa, Haring, Nara). Finalement on s’amuse, car la fonction dévolue à l’artiste dans notre société est de libérer la parole, et on attend de lui et de sa liberté un regard sur le jouet et le fait de jouer. On retiendra ce yoyo « à la manière » d’Andy Warhol » signé du signe « $ » et ce « bébé à bascule » signé Keith Haring, ou encore cette poupée « artoys », merveilleuse, signée Jean-Charles de Castelbajac.

Une exposition à voir d’urgence avec, bien entendu, ses yeux d’enfants.

La Maison de la Vache qui Rit est à Lons le Saunier (Jura, 39)

La Maison de la Vache qui Rit est à Lons le Saunier (Jura, 39)

Exposition du 13 octobre 2012 au 23 juin 2013.

Maison de la Vache qui Rit –  25 rue Richebourg – 39000 Lons le Saunier

Le site de la Maison de la Vache qui Rit

Le blog des amis d’André Hellé

L’exposition André Hellé au Musée du Jouet de Poissy