En avant Playmobil !

Pour célébrer les 40 ans de la création de Playmobil, le Musée du Jouet de Moirans-en-Montagne organise une exposition sur le thème du célèbre personnage et de ses nombreux univers.

Expo PlaymobilCréation de la figurine Playmobil

La figurine Playmobil est une des conséquences inattendues de la crise pétrolière de 1973. Pour mémoire, le déclenchement de cette crise naît de la volonté des pays membres de l’OPEP de reprendre en main le contrôle de leur production, avec pour conséquence une flambée des cours du pétrole, et par conséquent du plastique. Le contrecoup est retentissant en Europe : en France on crée la « chasse au Gaspy ». En Allemagne, on imagine diverses mesures dont l’interdiction de circuler en voiture le dimanche (le « Sonntagsfahrverbot »).

A cette époque, la société Geobra Brandstätter -une société allemande basée à Zirndorf en Franconie, au nord de la Bavière- vit sur un marché de produits plastique hétéroclites et volumineux. Son patron Horst Brandstätter, surnommé « Hob », prévoyant la baisse de ses marchés, demande au maquettiste de l’entreprise -un certain Hans Beck- de créer un jouet, et plus particulièrement un « petit » jouet, qui consommerait par conséquent moins de plastique.

Le projet ne devait pas être très stratégique car une fois la figurine créée, elle reste neuf mois sans l’attention de personne, posée sur le radiateur. Enfin, lors d’une réunion, le maquettiste est appelé et peut dévoiler sa création. Il arrive une boîte à la main, et dedans 4 ou 5 prototypes de personnages de plastique gris : des chevaliers avec leurs casques et quelques accessoires. Ce qui est très étonnant, c’est que tout est déjà là : la forme du personnage, sa taille de 7,5 cm, son système de clipsage des divers accessoires… Les réactions autour de la table sont positives, bien qu’on se réfère surtout à l’avis de Hob. Et il accepte le projet : on prévoit alors de fabriquer un packaging pour vendre la figurine, mais sans plus.

Hans Beck  inventeur des PlaymobilLa figurine est présentée en 1974 au Salon du Jouet de Nüremberg, donc à quelques kilomètres de Zirndorf. Le succès commercial n’est pas immédiat, et le produit ne trouve pas facilement distributeurs : seul un distributeur néerlandais accepte de passer une commande importante. C’est plus la confrontation avec le public cible -les enfants- qui révélera les immenses possibilités de jeu du petit personnage, et son potentiel commercial. Ce qui fait qu’assez rapidement, une fois l’intérêt du concept établi, Geobra Brandstätter se lance exclusivement dans la fabrication de la nouvelle figurine, abandonnant l’ancien catalogue.

Depuis ce temps des origines, on compte pas loin de 3 milliards de figurines vendues, et la société produit toujours plus de 3 nouvelles figurines par seconde. Un comble quand le projet initial visait à utiliser le moins de plastique possible…

L’exposition : de nombreux univers Playmobil

Basée sur l’immense fonds de deux collectionneurs passionnés, Fanny & Olivier, l’exposition montre des Playmobil sous toutes leurs formes, c’est-à-dire essentiellement sous la forme d’univers… On rêve devant le Cirque romain, le Far West, le village médiéval et bien d’autres dioramas minutieusement reconstitués à partir de centaines de boîtes Playmobil… Un régal pour les yeux et, pour tous les adultes nés en 1969 et après, l’effet d’une bonne petite madeleine de l’enfance.

4000 ans d'histoires PlaymobilLiens externes / infos pratiques :

Une exposition temporaire du Musée du Jouet de Moirans-en-Montagne, jusqu’au 12 janvier 2015, qui présente une partie de la collection Fanny & Olivier. Musée du Jouet – 5 rue du Murgin – 39260 Moirans-en-Montagne – ouvert tous les jours de 10h à 19h en Juillet et Août – ouvert tous les jours sauf le mardi à partir de Septembre.

 

Publicités

« Mon jouet préféré » : expo photos à Arlay

Une exposition des photos d’Hervé Plumet, « Mon jouet préféré », se tient du 2 avril au 1er octobre 2014 au Pavillon des Cercles, à Arlay.

Photographies d'Hervé PlumetLes amateurs de photographie de passage à l’Aire du Jura -autoroute A39, sortie nr.7, à la hauteur de Arlay- pourront découvrir le photographe Hervé Plumet et son travail sur la série « Mon Jouet préféré » : un projet ethno-photographique imaginé pour la ré-ouverture du Musée du Jouet de Moirans-en-Montagne en septembre 2012 : des habitants des communes du Pays de l’Enfant, posent avec le jouet qui a marqué leur enfance.

Photographies d'Hervé PlumetIl en résulte des portraits intimistes qui sont autant de tranches de vie. Ainsi on découvrira, entre autres jouets, une fusée Tintin, un canard en plastique, un train en bois, une maison forestière Jeujura, plusieurs poupées, un nounours, des billes, des skis, une luge : des objets simples qui auront marqué l’enfance de leurs propriétaires respectifs…

Photographies d'Hervé PlumetDans les photos réalisées par Hervé Plumet, rien n’est banal. Chaque image a son angle, son parti-pris qui la rend intéressante. C’est parfois l’éclairage qui donne une perspective inquiétante, ou un angle de prise de vue qui met en abîme, et tellement en abîme que l’étrange et le fantastique débarquent. En tant que spectateurs, notre imaginaire bat la campagne et reconstruit des parcours, échafaude des hypothèses, se fait la malle plusieurs fois. On est pris à témoin de temps qui passe et du photographe qui tente de l’arrêter, de l’aube heureuse quand ce sont des enfants qui sont surpris en plein jouer, au crépuscule des anciens qui ont vu défilé presque une vie. Le jouet, lui, n’a pas pris une ride ou si peu. On convoquera tour à tour Proust et sa madeleine, Citizen Kane et son Rosebud, Roland Barthes pour quelques explications sémiologiques, et on en ressortira tout regaillardi pour la suite du voyage…

Expo Hervé Plumet photographe

Portfolio du photographe Hervé Plumet

 

 

 

 

Piranha Circus : toujours plus haut !

Palmarès « officiel » de l’animation Piranha Circus organisée à Menetru-le-Vignoble les 10 et 11 août 2013, lors des portes ouvertes des Granges Bernard : deux jours de pur régal organisés par Marie-Pierre et Cédric Chevassu-Fassenet, et culinairement orchestrés par le chef étoilé Romuald Fassenet.

Animation Piranha Circus

Des portes ouvertes sur le thème de l’audace…

Lors du repas dominical, les convives étaient invités à découvrir les possibilités insoupçonnées de mariage entre la cuisine japonaise et les vins jaunes du Jura, spécialité de la maison Chevassu-Fassenet. Autre découverte surprenante : les participants du concours Piranha Circus devaient quant à eux empiler le maximum de piranhas sur une base instable. Des résultats sympathiques, à la hauteur de l’évènement :

Yannick 35 piranhas

Yannick en pleine action !

Un Yannick extrêmement concentré réussissait l’exploit d’empiler 35 piranhas !

Roger 30 piranhas

Roger très satisfait de son 30ième piranha !

Un Roger très pugnace avait lancé les premières hostilités du dimanche avec un empilement de 30 piranhas !

Troisième place ex-aequo...

Patricia et Jean-Christophe en pleine concentration !

Une Patricia accrocheuse et un Jean-Christophe batailleur avait fait monté le niveau de la compétition pour rire en se hissant au niveau des 29 piranhas !

Bravo à tous les gagnants et merci à tous ceux très nombreux qui ont participé.

Piranha Circus est un jeu d’équilibre en bois qui se prête à de nombreuses possibilités d’animation festive…

Romuald Fassenet est un chef soucieux d’une cuisine d’exception, qui exerce ses talents au Château du Mont Joly à Sampans, dans le Jura. On y court !

Histoires de Design au Musée du Jouet de Moirans

Derrière chaque jouet se cache un « designer en jouet », soit un professionnel du dessein qui imagine des formes et des fonctions. Il n’est pas facile de rendre compte de ce métier quasi-invisible. C’est pourtant ce que réussit à faire le Musée du Jouet de Moirans-en-Montagne, dont l’exposition temporaire « De l’idée au Jouet – Histoires de design » révèle les mille approches possibles de ce métier. Une expo à voir absolument, et vous avez jusqu’au 17 mars 2014 pour cela. Enfants plus que bienvenus.

Exposition Histoires de design

Une exposition didactique qui propose aux enfants de réaliser des figurines 3D…!

Le « design » c’est une réponse plausible à la question posée

Avant la production en série de tout « jouet pour enfant » il y a une « idée de jouet », qui parfois répond à des pulsions individuelles -ce sont les jouets d’artistes- et parfois répond aux demandes -hyper précises- du marché : ce sont les jouets créés par les différentes marques de jouets. Et là justement, intervient le personnage important de l’exposition, le fameux « designer en jouets », qui déploie des trésors d’inventivité et de talent (parfois) pour répondre à un cahier des charges souvent complexe : coller au « style » de la fameuse marque qui va « signer » le jouet, bien correspondre au segment de marché visé, plaire à l’enfant qui va jouer et à la mère qui va acheter, respecter les innombrables normes de sécurité et, « last but not least » : serrer le coût de revient. Un art, un « art appliqué », un « art du trait », mais aussi une façon très créative de regarder le monde.

Le design ce sont des techniques diverses et variées

C’est tout le mérite de cette exposition que de nous donner à voir les différentes façons d’aborder ce métier – par exemple dans la video de l’exposition où plusieurs designers expliquent les multiples facettes de leur travail. Mais c’est aussi une démonstration concrète qui expose des projets finis ou en cours de réalisation, avec parfois les étapes intermédiaires de réalisation : des croquis, des prototypes. Dans sa partie « vitrines », sont exposées quelques unes des jouets « icônes » de la profession : la brique Lego (designée par Ole Kirk Christiansen), le bonhomme Playmobil (Hans Beck), la planchette Kapla (Tom van der Bruggen), le chalet Jeujura (Bernard Liégeon), le Meccano (Frank Hornby) ou Sophie la girafe (Théo Rampeau), pour ne citer que quelques unes d’entre elles. Pour les puristes du jouet en bois traditionnel, il y a aussi quelques réalisations d’André Hellé, d’Enzo Mari ou de Hans Bolling.

Jouet en bois traditionnel

Enzo Mari -seize animaux (1957) , Hans Bolling -famille de canards (1959), André Hellé -arche de Noé (1911).

Une expo qui incite à « faire par soi-même » !

Mais plus que de montrer il s’agit d’inciter les enfants à « faire » par eux-mêmes, et c’est là le grand pari de l’exposition. D’abord grâce à un mur géant dédié au collage d’autocollants mis à disposition. Ensuite par les pages détachables du catalogue de l’expo, que les enfants vont pouvoir s’approprier. Ensuite et surtout, grâce à la mise en place de tablettes  qui vont permettre de simuler la création numérique d’un jouet, étape par étape, de l’idée de départ à la modélisation. Le jouet créé pourra être ensuite réalisé via une spectaculaire imprimante 3D, qui fait le lien entre la création virtuelle et les objets du réel. Voilà de quoi susciter -on l’espère- bien des vocations futures !

Histoires de design

« Histoires de design » est à Moirans-en-Montagne (39) : on y court !

Musée du Jouet – 5 rue du Murgin – 39260 Moirans-en-Montagne – tél. 03 84 42 38 64 – Exposition « De l’idée au Jouet – Histoires de design » du 5 juillet 2013 au 17 mars 2014. Visite gratuite de l’exposition du lundi au vendredi à 11h30. Le site officiel du Musée du Jouet met en ligne l’application Apprenti Designer pour créer son propre jouet (dans l’espace « enfant »).

Un autre article sur la réouverture du Musée du Jouet en septembre 2012.

A vous de Jouer à Romenay !

Le Musée du Terroir de Romenay (71) organise du 15 mai au 31 octobre 2013 une expo rétro sur le thème des jouets anciens, jouets traditionnels bressans et jouets de collectionneurs. Un régal pour les yeux.

Affiche expo Romenay

A vous de Jouer ! Expo rétro à Romenay (71)

L’idée est venue d’une collectionneuse de jouets : pourquoi ne pas réunir des jouets anciens et des jouets de collectionneurs dans des musées d’arts et traditions populaires, en dehors des musées dédiés au jouet ? Sur la base de cette envie, se sont mobilisés quelques collectionneurs qui apportent le fonds et l’âme d’une exposition hors-normes, chaleureuse, ou chacun raconte un peu de son parcours.

On y verra donc, en autres jeux et jouets, une très vieille voiture à pédales, un cheval tricycle, une collection de jouets modernes en fer blanc, un collection de Donald (!) et la présentation de vieux jeux traditionnels bressans tel le rondeau ou la gobiotte. On pourra y apprendre une expression liée à la gobiotte, « passer les veaux par l’entonnoir », qui veut dire qu’on est revenu du marché aux bestiaux en ayant tout perdu à ce jeu de pari. On pourra découvrir le jeu de rabat, un vieux jeu de foire et de café restauré par l’association Initiatives desnoises.

Little Biscotto y sera l’un des représentant des jeux en bois, avec une vitrine exposant la génèse et les prototypes successifs du jeu Piranha Circus.

Comme les organisateurs sont très joueurs, ils ont aussi convié la ludothèque de Tournus à préter pour l’occasion quelques jeux surdimensionnés auxquels les visiteurs pourront jouer : le weykick, différents jeux de palets, ainsi que différents billards.

Une exposition à consommer donc, sans modération.

Expo à Romenay

L’expo des jouets de collection c’est à Romenay : on y court !

Exposition du mercredi 15 mai au jeudi 31 octobre, ouverte tous les jours sauf le mardi de 10h00 à 12h00 et de 14h à 18h00. Tarif adulte 3,50€. Entrée gratuite jusqu’à 18 ans (hors groupes scolaires).

Musée du Terroir – Ferme du Champ bressan – 3928 Route des Alpes – Le Bourg – 71470 Romenay – renseignements au 03 85 30 45 83.

Site officiel de la Mairie de Romenay.

Page Facebook de la Ludothèque de Tournus.

Pourquoi La Maison de la Vache Qui Rit « rit »

Exposition Artist Toy Makers à la MAison de la Vache Qui Rit

Une exposition évoque les liens étroits entre création artistique, artistes et jouets en bois… Meuh !

Ce vendredi 12 octobre 2012, était inaugurée à la Maison de la Vache qui Rit l’exposition « Artist Toy Makers ». Le fait déclencheur de la manifestation est un clin d’oeil à l’illustrateur pour enfants Benjamin Rabier qui illustra la première boîte de l’illustre fromage à portions en 1921, mais l’exposition déborde largement sur une évocation large du l’univers du « jouet d’artiste », avec objets (des jouets, donc), dessins, affiches et peintures.

Car les liens sont plus nombreux qu’on le croit généralement entre illustrateurs pour enfants, artistes et « jouets », surtout « jouets en bois » d’ailleurs. Il y eut notamment, en père fondateur de cette exposition, l’illustrateur et inventeur pour enfants André Hellé, dont l’Arche de Noé et ses 24 animaux en bois date de 1911. Ses contemporains étaient bien sûr Benjamin Rabier, qui tirait le dessin de ses animaux en bois directement de ses albums pour enfants, et Emmanuel Poiré plus connu sous le nom de Caran d’Ache, qui se lança lui dans la production d’animaux en bois, notamment de chiens, dès 1903. Plus tardivement, après la première guerre, Marius Rossillon, dit O’Galop, dessina le Bibendum Michelin mais aussi quelques animaux articulés aux formes sympathiques. Il y eut l’affichiste Raymond Savignac dont le génial Père Noël ne fut jamais produit mais existe dans cette exposition sous forme de prototype.

A partir de 1990, c’est surtout l’entreprise Vilac qui reprend ce flambeau, en faisant éditer certains jouets d’Alexandre Calder, artiste ludique par excellence, mais aussi Hervé Di Rosa, Keith Haring ou Yoshitomo Nara.

L’exposition nous plonge finalement dans le fil d’Ariane de l’histoire du jouet d’artiste, qui commence par être un jouet d’illustrateur pour enfant, l’ancêtre du jouet « à licence », puis un jouet fait par un artiste pour amuser des enfants (Garcia Torres, Calder), puis la réflexion d’un artiste en vue d’une production pour un fabricant de jouet (Di Rosa, Haring, Nara). Finalement on s’amuse, car la fonction dévolue à l’artiste dans notre société est de libérer la parole, et on attend de lui et de sa liberté un regard sur le jouet et le fait de jouer. On retiendra ce yoyo « à la manière » d’Andy Warhol » signé du signe « $ » et ce « bébé à bascule » signé Keith Haring, ou encore cette poupée « artoys », merveilleuse, signée Jean-Charles de Castelbajac.

Une exposition à voir d’urgence avec, bien entendu, ses yeux d’enfants.

La Maison de la Vache qui Rit est à Lons le Saunier (Jura, 39)

La Maison de la Vache qui Rit est à Lons le Saunier (Jura, 39)

Exposition du 13 octobre 2012 au 23 juin 2013.

Maison de la Vache qui Rit –  25 rue Richebourg – 39000 Lons le Saunier

Le site de la Maison de la Vache qui Rit

Le blog des amis d’André Hellé

L’exposition André Hellé au Musée du Jouet de Poissy